Inscription

La Supply Chain doit être placée au centre de la stratégie des entreprises

janvier 25, 2022 Damien Grosset

Robotisation, Big Data, cybersécurité,… Si Guillaume Vatin, directeur associé chez HereWeGo, revient sur les nouveaux enjeux de la Supply Chain, il n’en néglige pas moins les fondamentaux d’une bonne gestion des chaînes d’approvisionnement. Car pour lui, positionner la Supply Chain au cœur de la stratégie d’une entreprise, est la clé pour sortir indemne de la crise sanitaire.

 

Comment la Supply Chain a-t-elle été bouleversée avec la pandémie ? Les ruptures et les pénuries qui se succèdent mettent-elles en lumière la fragilité de tout un système ?

La crise sanitaire qui touche l’économie mondiale depuis ces 18 derniers mois reste atypique par sa durée et par son rayonnement massifié sur l’ensemble de la planète. Les nombreuses alertes que nous avons connues par le passé - contraintes réglementaires, catastrophes naturelles, conflits géopolitiques ou encore protectionnisme économique - n’étaient pas suffisamment longues et massifiées pour obliger les entreprises et les gouvernements à réviser de manière structurelle et durable l’organisation de leur chaîne d’approvisionnement. 

En conséquence, arrive-t-on à la fin du modèle des Supply Chain mondialisées ?

D’un côté, oui, si l’on considère que les seuls facteurs décisionnels exploités par certaines entreprises sont le sourcing à faible coût, la gestion du « just-in-time » et l’augmentation des bénéfices. Les entreprises qui ont décidé - ou qui ont été contraintes par la pression exercée par leur marché - de s’orienter vers cette dérive extrême sont les plus fragiles. Comment changer et faire évoluer son modèle quand ces entreprises n’ont plus de marge financière pour absorber l’accroissement des coûts conjoncturels (rareté de la disponibilité des produits, accroissement de leur prix d’achat, augmentation des achats transports amonts, rigidité de leur SI…) ? D’autre part, non, si l’on considère que la Supply Chain comporte des metrics complexes, des interdépendances importantes avec son environnement et la technologie et ne correspond plus à un modèle figé et universel mais à des modèles en adaptation constante et personnalisable selon les secteurs d’activité. 

« La Supply Chain doit devenir un centre de performance au service des clients et de la compétitivité des entreprises. »

Certaines entreprises parviennent-elles à se sortir de ce « modèle figé », à se doter d’une organisation plus réactive ?

Absolument. Certaines d'entre elles sont déjà dotées d’une organisation qui permet d’adapter leur chaîne d’approvisionnement aux évolutions de leur environnement et de leur marché. Le plus souvent, elles sont composées d’une organisation Supply Chain positionnée au centre de leur stratégie. Cette organisation est actrice dans les décisions et dispose du support d’un système informatique performant et adaptable. Cela représente un véritable avantage concurrentiel. Un certain nombre d’entreprises ou de secteurs d’activité savent donc s’adapter à cette crise. La fragilité du système est donc essentiellement liée aux dépendances, aux stratégies court-termistes extrêmes et à l’absence de réactivité des organisations et des modèles.

Comment se matérialise aujourd’hui l’innovation sur ce marché ?

Devons-nous parler d’innovation ou plutôt de retour aux sources sur certaines valeurs de collaboration, d’organisation et de technologie ? Si nous isolons les facteurs technologiques, autrement dit le Big Data et l’IoT (Internet of Things), qui représentent les catalyseurs de nouvelles opportunités pour la Supply Chain, nous constatons que les autres facteurs ne représentent pas de réelles innovations ! Devons-nous définir comme une innovation le fait de revenir à un sourcing plus durable, plus équitable dans la relation commerciale entre les entreprises ? La juste rémunération des partenaires transport, logistique et des sous-traitants qui opèrent les flux physiques permet de garantir la disponibilité des moyens, le niveau de service, leur souplesse et leur réactivité. Devons-nous également considérer qu’une relocalisation de certaines activités à proximité des lieux de transformation et de consommation est une tendance ? Je pense que non. L’effet médiatique de ces relocalisations ne concerne que certains secteurs de notre économie. Pour les autres secteurs d’activité, les chiffres restent encore faibles et peu significatifs.

Finalement, y a-t-il tout de même des tendances qui se dégagent sur le marché de la Supply Chain ?

La Supply Chain doit devenir un centre de performance au service des clients et de la compétitivité des entreprises. Elle doit répondre aux enjeux de délais, de qualité d’exécution, d’optimisation des coûts et s’inscrit dans un contexte d’enjeux environnementaux importants et de contraintes réglementaires majeures. Les tendances sont donc de maîtriser son organisation, de respecter la promesse qui est proposée à ses clients et de fournir une expérience complète basée sur la transparence et la sécurité des échanges physiques et informatiques.

Revenons sur le Big Data et l’IoT. Selon vous, ce sont ces facteurs technologiques qui vont révolutionner la Supply Chain ?

En termes d’innovations, nous pouvons citer deux facteurs essentiels qui viennent révolutionner les modèles de Supply Chain : l’Internet des Objets et la robotisation des flux logistiques et de transport. L’IoT permet d’apporter déjà depuis quelques années une traçabilité des marchandises, de localiser les ressources, de garantir leur sécurité, d’assurer une maintenance prédictive des équipements, d’optimiser les consommations énergétiques des entrepôts et des cycles de transport. En complément des bénéfices de planification, de pilotage, l’IoT permet de collecter toutes ses données pour définir des actions correctives ou d’amélioration des processus. Résultat : l’incertitude commence à être maîtrisée et la digitalisation majeure des processus est en cours !

« La robotisation est La Révolution du secteur de la Supply Chain » 

Et qu’en est-il de la robotisation ?

La robotisation est La Révolution du secteur de la Supply Chain avec ses impacts sur la performance opérationnelle mais également sur les organisations et sur la gestion et la formation des ressources. Même si les déploiements actuels des robots intelligents en entrepôts sont encore faibles compte tenu du coût d’investissement, ils apportent agilité, fiabilité et productivité. Les enjeux liés au transport et à la livraison urbaine vont impliquer le déploiement de véhicules autonomes en centre-ville. La livraison par drones, testée de manière symbolique par E-Valley lors de son inauguration, est également les prémices d’un déploiement généralisé dans les prochaines années dès que les contraintes réglementaires évolueront.

Dans ce bouleversement de la Supply Chain, quel rôle joue votre société, HereWeGo ?

En véritable business partner, HereWeGo Consulting prépare avec ses clients ce qu’ils seront demain en respectant leur culture et leur marque. L’analyse des metrics, la comparaison au marché et la mise en mouvement réaliste nous permettent de nous projeter dans les problématiques de nos clients afin de créer leurs nouveaux modèles opérationnels.

Donc, vous permettez à vos clients de s’émanciper de ce « modèle figé » dont vous parliez ? 

C’est notre métier. Nous déployons des modèles Supply Chain qui se repositionnent au cœur de la stratégie des entreprises. Nous pilotons les plans de transformation sur une vision 360° : de l’accompagnement dans le choix des solutions, du pilotage des appels d’offres prestataires, de la conduite du changement des opérations et de l’organisation jusqu’au plan de formation à travers le déploiement d’une plate-forme digitale dédiée aux entreprises. Concernant la crise du Covid, notamment sur les deux premières vagues de 2020, nous avons adapté notre organisation afin d'accompagner nos clients, par un pilotage plus direct du management des projets et des équipes.

Partager l'article :